La déclaration d’amour de Gadio à Macky

Dr Cheikh Tidiane Gadio, président de Luy jot jotna, a formalisé son soutien au Président Macky Sall, en vue de la présidentielle du 24 février. Il a présidé le Conseil national extraordinaire de son mouvement, ce dimanche au Cices. À cette occasion, il a tenu le discours que nous vous proposons en intégralité.

CHERS COMPATRIOTES DU SÉNÉGAL, DE L’AFRIQUE ET DE LA DIASPORA,

Je voudrais tout d’abord commencer mon propos par un hommage appuyé à des grands frères et amis qui m’ont beaucoup aimé et estimé et qui nous ont quittés récemment. Mes prières et pensées affectueuses vont à Feu Bruno Diatta (Homme d’état exceptionnel), Feu Sidy Lamine Niasse (Leader exceptionnel de la Société civile), Feu Daniel Cuxac (Homme de culture de dimension exceptionnelle).

Vous saviez tous aussi mon immense chagrin quand mes illustres frères et compagnons Professeur Ibrahima Sow et Professeur Hamidou Dia ont été rappelés par notre Seigneur Allah au début de l’année 2018 nous laissant tous inconsolables. L’année 2018 ne nous a donné aucun répit et ne nous a pas fait de cadeau car 2018 nous a aussi ravi l’affection de nos illustres Doyens Hady Niang, Samir Amin, Kofi Annan, Pr. Lilyan Kesteloot, Mme Winnie Mandela, l’artiste-musicien de génie Habib Faye et le dévoué combattant des causes citoyennes Mouhamadou Mbodj du Forum civil. Levons-nous tous pour eux et pour tant d’autres au Sénégal et en Afrique pour leur dédier une minute de recueillement et de prières. (MERCI)

Nous sommes aujourd’hui réunis par la grâce de Dieu pour célébrer et magnifier notre engagement aux côtés du Candidat Macky Sall, Candidat de Benno Bokk Yaakar et Candidat de ce qu’il est désormais convenu d’appeler la “Nouvelle Majorité Présidentielle” !!

Si dans notre patrie, le Sénégal, nous savons communier dans la douleur et dans la peine, pourquoi cela nous est-il difficile voire impossible quand il s’agit de nous relever, de resserrer les rangs, d’affronter d’autres grands défis et d’aller ensemble à l’assaut des citadelles prétendues imprenables ?

Le Sénégal et l’Afrique ont aujourd’hui plus que jamais besoin de la communion de toutes leurs filles et de tous leurs fils car les défis et les menaces se sont multipliés et sont même devenus plus cruels et insupportables. Chers amis, qui l’eût cru ? L’esclavage des Africains sur leur propre terre d’Afrique a repris de nos jours, sous nos yeux en Libye et dans d’autres contrées du continent qui échappent encore à notre vigilance. La vente aux enchères des nègres (hommes et femmes, garçons et filles) a repris de plus belle sur des marchés publics, sans aucune gêne, au vu et au su de l’humanité toute entière et surtout des Africains qui restent de marbre?

Le pillage organisé et systématique de nos ressources naturelles et humaines, commencé il y’a de cela 5 siècles, bat son plein et même s’intensifie avec l’arrivée de nouveaux pays candidats au statut de puissance mondiale.

Qu’est ce qui donc explique le silence des Africains ? Leur paralysie ? Leur langage de la défaite ? Leur résignation et parfois leur complicité active avec l’oppresseur ?

On sait tous que l’idéologie de l’oppression atteint son paroxysme, son perfectionnement ultime et son but final quand elle arrive à confier aux opprimés la gestion et l’administration de leur propre oppression et l’oppression de leurs semblables de même que la promotion systémique de la culture de la résignation.

C’est contre et en rupture radicale avec un tel background que notre Mouvement Panafricain et citoyen – Luy Jot Jotna a lancé son grand mot d’ordre originé dans le Cayor du Damel Amary Ngoné Sobel: Luy Jot Jotna, c’est à dire “il est urgent d’agir!”

C’est parce qu’il est urgent d’agir que le MPCL a décidé de se démarquer ici au Sénégal de la culture politique de la division, des tiraillements, de la paralysie et de l’inaction où l’on n’a aucun compte à rendre, et où l’on passe son temps à insulter, critiquer, démolir, nier, fabriquer, affirmer sans prouver en réveillant constamment le mauvais ange toujours tapi dans les parages et que l’on appelle FITNA.

Or donc, tenant compte de nos circonstances particulières à l’approche de l’échéance de la Présidentielle de 2019, notre Parti se devait en toute responsabilité, de s’engager fortement auprès d’un candidat en définissant des critères lies à notre identité politique et à notre combat pour le Sénégal et pour l’Afrique.

J’évoquerai brièvement certains de ces critères, mais disons le net, haut et fort : notre choix n’a pas été difficile encore moins pénible. De toutes les offres politiques existantes, celle de notre frère et ami, le candidat Macky SALL, s’est imposée tout naturellement à nous dans un accouchement sans douleur.

Que tous nos compatriotes l’entendent en même temps (NA GNOU KO DÉGGUEU NDO!), le MPCL – Luy Jot Jotna a conclu ses concertations internes et externes par une décision de soutien franc, massif et inconditionnel à celui que nous appelons aujourd’hui fièrement “NOTRE CANDIDAT” sans exiger de quelconques faveurs! La politique du ventre et du “Lekkétou bey” ne nous agrée pas et n’est pas porteuse de future radieux pour nos enfants, notre pays et notre continent.

Pour nous ce qu’il fallait considérer était différent de la perspective de la politique politicienne. Pour nous, nos concitoyens veulent une maturation démocratique de notre système politique en constante progression, chevillée sur une volonté réelle de concertation des acteurs et de dialogue politique et non une confrontation permanente et systématique. Nos compatriotes veulent une démocratie rendue chaque jour plus forte par le jeu normal des institutions indépendantes de la gouvernance démocratique et de la reddition des comptes.

Notre classe politique doit refuser le choix délibéré et tragique “d’être d’accord pour ne pas être d’accord!”. Ce sont de tels contextes déplorables qui substituent la confrontation des idées, des visions, des programmes à d’autres formes de confrontations crypto-personnelles et parfois aventuristes.

Ainsi donc, le MPCL a décidé de participer à la présidentielle en faisant le choix de rejoindre une coalition où il pourra nouer une solide alliance stratégique avec tous ceux qui le souhaitent et qui va au-delà d’une alliance électorale avec des promesses de strapotins et d’autres formes de récompenses. Par ce choix, le MPCL se positionne surtout comme une force de propositions et de contributions qui pourrait aider à formuler des perspectives pour un futur encore plus radieux pour notre pays le Sénégal et pour l’Afrique notre patrie commune !

Une telle alliance stratégique a été possible avec le candidat Macky SALL qui a l’expérience, les outils et la vision pour clôturer l’ère de plus d’un demi-siècle du Sénégal indépendant afin d’ouvrir une nouvelle ère où toutes les innovations et toutes les audaces seront possibles pour construire le Sénégal et contribuer à la Renaissance africaine.

Une telle alliance stratégique doit être possible avec le candidat Macky Sall qui pourra piloter une dynamique de réconciliation nationale en travaillant à mettre fin à certains contentieux qui ont polarisé la nation en des camps en apparence irréconciliables. Le MPCL, le moment venu, entend contribuer à une solution heureuse de ces différends et à l’émergence de nouveaux consensus forts.

Le futur radieux pour notre pays est possible avec le candidat Macky Sall qui est partisan de l’économie solidaire (voir les initiatives des Bourses familiales et de la CMU). Nous savons aussi que nous avons en partage avec lui la vision de la sécurité alimentaire comme priorité vitale pour toute société humaine. Nous demeurons confiants que notre candidat Macky Sall, tout en travaillant dur pour ancrer solidement les fondamentaux du développement dans notre pays, fera partager équitablement les dividendes de la croissance avec toutes les couches de nos populations surtout les plus défavorisées.

En outre nous savons pouvoir compter sur lui pour poursuivre ses investissements massifs dans l’agriculture, pré-condition de tout développement. Ceci permettrait une mise en œuvre rapide d’une politique d’irrigation sans précédent dans l’histoire de notre pays et une mise en œuvre effective et urgente des Agropoles seules à même de créer des centaines de milliers d’emplois comme démontré et préconisé dans le programme du MPCL.

La belle idée “d’un milliard par commune par an pendant cinq ans”, dans l’optique d’une économie solidaire durable, pourrait accélérer la modernisation de toutes les communes du Sénégal et les outiller pour recevoir tous les services de base de l’état et tous les bénéfices des politiques de développement local engagés par le Président Macky Sall.

Le futur radieux pour notre pays sera possible avec le candidat Macky Sall qui poursuivra l’approche de gestion concertée des promesses du pétrole et du gaz, sans en faire cependant la locomotive de notre futur pour toutes les raisons que l’on sait. Le développement du Sénégal reposera, comme partout dans l’histoire des grands succès économiques, sur le cocktail bien connu : agriculture, éducation, santé, infrastructures et services de base, développement local, binôme Paix & Sécurité, état de droit – réformes institutionnelles et reddition des comptes. Viennent ensuite les urgences et révolutions devenues incontournables : écologique, énergétique, numérique en plus de la force créative et indispensable de l’approche genre pour “libérer les énergies de toutes les Sénégalaises et de tous les Sénégalais”!

Le futur radieux pour notre pays sera aussi dans les réponses innovantes apportées par le candidat Macky Sall au binôme “jeunesse/emploi” pour mettre fin à la tragédie de la migration devenue un véritable exode des forces vives. À cette approche, il faudra ajouter la défaite qu’il faut infliger aux tenants de l’économie criminelle et du Terrorisme. Il faudra aussi reconnaitre que rien de grand ne se fera dans notre pays sans définir clairement la place et le rôle dévolus à la Diaspora dans la construction du Sénégal.

Le futur radieux de notre pays sera aussi d’approfondir la proposition du MPCL de faire de la Casamance la priorité nationale N° 1 afin de sauver notre pays du projet en cours de “l’hyper-balkanisation” de l’Afrique. Tout en saluant les résultats déjà obtenus par le Président Macky Sall dans le processus de paix et dans la construction d’une Casamance post-conflit, il faudra en matière d’investissements massifs intensifier le ciblage des trois grandes régions périphériques que sont les régions naturelles de la Casamance, du Fleuve et de Tambacounda sans bien sûr oublier toutes les autres régions, elles aussi victimes de l’hypertrophie de la capital-région Dakar: 3% du territoire national (547 km2), 85% des richesses du pays.

La région de Tamba occupe une superficie supérieure à celle du Togo et fait plus de deux fois le Rwanda, en plus de concentrer d’immenses ressources minières du pays. Tamba ne devrait pas être perçue comme la région la plus pauvre du pays. Donner la priorité des investissements massifs aux trois régions périphériques relève donc d’options pertinentes et courageuses de développement et témoignent fortement de l’engagement de notre candidat pour l’unité du pays et pour la cohésion nationale. Le MPCL battra campagne particulièrement dans ses régions avec un effort particulier dans le département de Podor, la base affective de notre Leader où tous les leaders politiques réconciliés et debout de la Nouvelle Majorité présidentielle promettent au Candidat Macky Sall un score sans précédent digne des Guinness records.

Le futur radieux pour notre pays et notre démocratie se traduira par la fin du narcissisme politique et l’acceptation des grands rassemblements politiques en lieu et place des centaines de partis légalement constitués et qui paralysent le jeu politique au lieu de l’animer. Le MPCL prône ouvertement l’urgence d’un champ politique restructuré autour de 4 à 5 grandes forces politiques nationales pour qu’aux yeux des citoyens le choc des ambitions présidentielles porte sur des programmes et des visions et non sur des dissensions crypto-personnelles.

Pourquoi, par exemple, ne pas absorber la soixantaine de formations politiques de la nouvelle majorité présidentielle ou des autres grandes coalitions de l’opposition dans des entités politiques fédératives et assainir ainsi assez vite l’espace politique national ? Oui le MPCL propose à son candidat Macky Sall, après la victoire en février 2019, de lancer un processus de transformation progressive de la Nouvelle Majorité présidentielle en un grand Mouvement politique fédératif de toutes ses composantes dans la pure tradition des grands rassemblements historiques comme le PRA ou le RDA avec des ramifications panafricanistes dans d’autres pays frères et dans la Diaspora.

Le futur radieux pour notre pays sera dans les politiques de l’émergence incluant le retour en force de l’agenda panafricain en général et l’intégration régionale en particulier. Notre candidat Macky Sall a clairement indiqué lors d’une récente déclaration que son second mandat sera sous le sceau de la consolidation de l’engagement du Sénégal dans le Panafricanisme et l’intégration africaine. Notre candidat a raison et il a notre soutien total car il est urgent de réhabiliter la vision et les programmes prônés par le DUO Nkrumah / Cheikh Anta Diop: les deux locomotives du panafricanisme continental.

Quant au nationalisme et au panafricanisme dans le récit national et afin de solder un certain passif en termes de réconciliation nécessaire et de réhabilitation mémorielle, il est aussi urgent de revisiter l’impact négatif et le déraillement de nos perspectives de développement socio-économique et culturel avec la malheureuse rupture DIA/SENGHOR et la répression contre les compagnons du Président DIA (comme l’illustre Valdiodio Ndiaye) et les autres grands leaders révolutionnaires et panafricains comme Abdoulaye Ly, Majmouth Diop, Tidiane Baïdy Ly et tant d’autres illustres héros si méconnus de nos générations actuelles.

Le Sénégal a aussi la légitimité historique et le devoir de contribuer aux grandes urgences panafricanistes de l’heure : la monnaie commune, la banque centrale commune, la diplomatie commune, la défense et la sécurité communes, le passeport unique et la citoyenneté africaine commune, la promotion des langues africaines et la réhabilitation de la glorieuse histoire de l’Afrique de l’Égypte nègre à nos jours.

Cette légitimité historique indéniable signifie que le Sénégal, comme à l’époque, peut et doit aujourd’hui imprimer son leadership pour la réforme indispensable de la CEDEAO, de l’Union africaine et des Nations Unies afin de positionner l’Afrique à sa juste place de “New World Global Player”.

Bientôt deux milliards d’Africains (Macha Allah), dont plus de 1 milliard 200 millions de jeunes, avec un contrôle de la plupart des ressources naturelles du monde, l’Afrique n’est devenue le continent des “riches les plus pauvres du monde” qu’à cause de la question non résolue d’un leadership continental qui a le sens du destin et le sens de la mission.

Le Président Macky Sall s’est inscrit dans cette trajectoire “du sens de la mission et du destin” avec ses remarquables combats pour la modernisation et le développement du Sénégal. Exemples : Diamniadio ville nouvelle, réhabilitation et modernisation des Chemins de fer express ou d’intégration, achèvement de l’aéroport international et maintien de l’ancien aéroport, construction de pistes, routes et autoroutes, ponts et nombreux ouvrages de désenclavement, extension des réseaux d’assainissement, meilleure gestion des inondations, implication dans les transitions énergétiques, écologiques, numériques, renforcement des infrastructures de santé et d’éducation, etc.…

Il ne lui reste qu’à poursuivre et intensifier l’œuvre commencée en tendant résolument la main à tous les fils et filles du Sénégal, y compris aux adversaires politiques d’aujourd’hui, potentiels amis et collaborateurs de demain. Les patriotes et les compétences nationales sont dans tous les camps et tous les bords politiques et chez les citoyens dits apolitiques.

Le Président Macky Sall, nous en sommes convaincus, fera un lumineux et mémorable 2ème mandat si nous l’aidons tous à mobiliser les forces vives de la nation sans sectarisme et sans ostracisme. Il a besoin de tous et tous ont besoin de lui, puisque Dieu, à travers le vote des Sénégalais, lui a confié les rênes de notre bien commun qui s’appelle le Sénégal.

Le MPCL s’engage à mettre tous ses cadres, membres, sympathisants ou amis de sa vision panafricaine et citoyenne au service du Sénégal et de son Président. Le MPCL s’engage particulièrement à assister le Président Sall dans la sollicitation et la mobilisation des cadres de l’intérieur comme ceux de la Diaspora sénégalaise.

Sans disposer de statistiques, résultant d’une étude récente, nous demeurons convaincus que les cadres sénégalais hors du pays se comptent en plusieurs centaines de milliers. L’émigration intellectuelle et scientifique surpasse de nos jours l’émigration des travailleurs manuels. Comment alors ramener entre 5 et 10% de ces cadres au bercail pour construire notre pays comme l’avait illustré la belle expérience de la Corée du Sud (L’exemple de SAMSUNG ELECTRONICS).

Un dernier message à l’adresse de toute la classe politique sénégalaise. Un grand frère et ami, ancien Ministre des Affaires étrangères d’un pays voisin m’a dit il y’a de cela 2 ou 3 ans: “Cheikh Tidiane, dis à tes collègues leaders politiques, de ne jamais oublier qu’il y’a des pays que Dieu a choisi pour abriter les grands destins et les grands espoirs collectifs de tous nos peuples sans distinction de nationalité. Le Sénégal en fait partie. Dieu vous a donné Blaise et Ngalandou, Lamine Gueye, Senghor, Dia, Cheikh Anta, Mactar Mbow, Abdoulaye Ly, Majmouth Diop, David Diop, Ousmane Socé Diop, Birago Diop, Souleymane Niang, Alassane Ndaw, Abdoulaye Wade, Mbaye Niang, Cheikh Hamidou Kane, Amadou Tidiane Wane, Adja Rose Basse, Adja Awa Gaye, Annette Mbaye, Pathé Diagne, Amady Aly Dieng, Sembène Ousmane, Djibril Mambéty, Ousmane Sow, Pape Ibrahima Tall, Iba Ndiaye, Boubacar Diongue, Ibou Diouf, Germaine Acogny, Douta Seck, Joe Ouakam, sans parler de vos saints et érudits qui ont irradié leur savoir et leur leadership partout en Afrique. Vous avez abrité Camara Laye et offert une nouvelle patrie à l’illustre Professeur Boubacar Barry tous fuyant la tyrannie. Un intellectuel de dimension planétaire comme Samir Amin s’est senti Sénégalais et a vécu comme tel, aimé et respecté de ses compatriotes sénégalais. Tous les Africains qui se sentaient menacés, traqués, humiliés ou brimés dans leurs propres pays avaient un pays de rechange immédiatement disponible: le Sénégal.

Pour toutes ces raisons, vous n’avez pas le droit de brûler le Sénégal ou d’abaisser son statut. Il ne vous appartient plus à vous tout seul. Il est un patrimoine commun à tous les Africains, voire à tous les opprimés du monde. Chaque geste posé par un leader politique sénégalais, au pouvoir ou dans l’opposition, doit tenir compte du rôle, de la mission et du destin singuliers de ce beau pays!”

Cette remarque est tellement juste et émouvante que le MPCL y adhère sans hésiter et invite toute la classe politique à réfléchir sur ce message. Il nous faut en effet et en urgence baisser le ton de la rhétorique belliciste ou confrontationnelle. Les appels ouverts à la violence sont tout simplement non-sénégalais voire anti-sénégalais. On ne regrette la paix que quand on l’a perdue.

Compatriotes sénégalais, sachons donc raison garder car les Hommes et les femmes ne se posent que des questions qu’ils peuvent résoudre. Il n’existe pas de problèmes actuels ou futurs que nous ne pouvons pas régler de façon pacifique, juste et équitable si nous mettons nos intelligences ensemble, en toute bonne foi, avec comme préoccupation principale, les intérêts supérieurs et bien compris de cette nation africaine bénite que nous aimons tous, tant et plus, et qui s’appelle le Sénégal.

Que Dieu veille sur notre patrie et qu’il l’assiste dans la construction d’un grand destin pour lui-même et pour l’Afrique !

FAIT À DAKAR LE 26 JANVIER 2019

Cheikh Tidiane Gadio, président du mouvement Luy jot jotna




Eden Hazard au Real Madrid, c’est comme si c’était fait

Lu : 4 Le quotidien Marca affirme que l’officialisation du transfert d’Eden Hazard au Real Madrid n’est plus qu’une question de jours. Sauf énorme rebondissement, Eden Hazard devrait bien réaliser son rêve cet été en [...]




Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


56 vues