«Gilets jaunes»: les réseaux sociaux, champs de bataille de l’information

C’est l’une des questions que l’on se pose depuis l’émergence du mouvement des gilets jaunes : le rôle d’Internet et des réseaux sociaux. Tout était parti d’une pétition en ligne contre la hausse des taxes du carburant, la création de groupes Facebook appelant à bloquer le pays, désormais, c’est la bataille de l’image et de l’information qui se joue sur ces réseaux.

L’exemple typique de la fracture entre médias et réseaux sociaux a été visible après la manifestation de ce samedi 1er décembre, avec les violences qui ont eu lieu sur les Champs-Elysées et au niveau de l’Arc de triomphe notamment. Sur les chaînes de télévision, les journaux, les condamnations ont été unanimes sur les dégradations commises sur le bâtiment et sur la violence de certains manifestants.

« L’aide » de Facebook

Sur les groupes Facebook des « gilets jaunes », c’est un tout autre son de cloche ; leurs images sont celles de manifestants qui protègent le lieu, notamment la tombe du soldat inconnu. Ils n’hésitent pas non plus à expliquer que les casseurs étaient en fait des policiers en civil chargés de mettre de l’huile sur le feu.

Un exemple qui est loin de montrer la complexité du mouvement et des événements qui ont eu lieu samedi mais il est assez représentatif du discrédit des médias au sein des gilets jaunes qui s’informent donc ailleurs.

Le phénomène est très loin d’être négligeable. Les groupes de gilets jaunes les plus populaires sur le réseau social ont des centaines de milliers de membres et la nouvelle façon de fonctionner de Facebook favorise clairement leurs publications. Il y a un an, le réseau changeait en effet son algorithme de tri du fil d’actualité, celui que l’on voit sur sa page d’accueil, le but de la manœuvre étant de survaloriser les contenus des groupes à ceux des pages, comme celles des médias.

Capture d’écran de la page Facebook de «La France en colère !!!»RFI

Les rencontres avec les gouvernements en live ?

Concrètement, si vous faites partie d’un groupe et qu’en parallèle vous aimez la page Rfi.fr, celle-ci apparaîtra beaucoup moins souvent. Donc, les gens ne voient plus que du contenu qu’ils aiment déjà, on appelle ça une «bulle de filtre». Aujourd’hui, c’est une bulle jaune. Pour preuve, les modérateurs de ces groupes font figure de représentants. Eric Drouet, qui gère par exemple le groupe « La France en colère !!! », était l’un des deux gilets jaunes qui a rencontré François de Rugy mardi dernier.

Gilet jaune, Jason Herbert a refuser de rencontrer le Premier ministre Edouard Philippe en raison du refus de Matignon de diffuser en direct son entretien avec le Premier ministre, le 30 novembre 2018.etREUTERS/Charles Platiau

Ce fut une entrevue avec le ministre de l’Ecologie qu’il a en plus filmé en Facebook live en caméra cachée et qu’il partageait ainsi avec les 250 000 membres de son groupe. C’est un autre marqueur la volonté de transparence et d’horizontalité.

Une réunion avec le gouvernement ne peut donc qu’être diffusée en direct, sinon les gilets jaunes manqueraient à ces obligations. C’est pour cette raison qu’un des représentants des gilets jaunes avait refusé de rencontrer le Premier ministre Edouard Philippe, il réclamait la diffusion en direct du rendez-vous, ce qu’il n’a pas obtenu

Une nouvelle rencontre est prévue à Matignon mardi. Reste à voir si elle aura effectivement lieu et dans quelles conditions.

 

Auteur: rfi







Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


15 vues